La correction vidéo avec l’ENT l’Educ de Normandie

Description + tutoriel vidéo pour apprendre à faire une correction vidéo de copies d’élèves. Exemple conçu à partir de copies de Français (dissertation, première), mais applicable à tous les niveaux et toutes les disciplines.

La correction vidéo, qu’est-ce que c’est ?

C’est une méthode qui consiste à remplacer - ou compléter - les annotations et appréciations écrites sur les copies par un commentaire filmé de la copie de l’élève (son + image). La vidéo est alors mise à disposition individuellement pour chaque élève sur l’ENT.
En tant qu’enseignant en Lettres au lycée, j’ai fait l’expérimentation de cette méthode. Voici mon témoignage.

Un constat : la frustration

La correction traditionnelle (des lignes et des lignes rouges sur la copie) était décevante à plus d’un titre :

  • beaucoup d’annotations pas toujours bien lues et exploitées par les élèves ;
  • paresse personnelle à produire des annotations fournies et à résumer ma pensée de manière concise ;
  • impossibilité d’inscrire sur la copie la totalité de mes jugements >> réduction du commentaire de l’enseignant ;
  • impossibilité d’avoir une véritable individualisation de la correction en classe (il est matériellement difficile de faire un compte rendu précis et détaillé pour trente élèves, un par un, confidentiellement) ;
  • que reste-t-il, deux jours après, du commentaire oral du professeur pendant le cours, dans une situation émotionnelle parfois complexe pour l’élève (devant un public, suite à une mauvaise note, etc.) ?

Comment en suis-je venu à essayer la correction vidéo ?

  • d’abord, en essayant la correction audio ; c’était un premier progrès, mais la méthode était perfectible (les élèves ne portaient pas précisément leur attention sur les endroits de la copie mentionnés dans le commentaire : ils ne « visualisaient » pas) ;
  • une fois ce principe testé, il ne restait plus qu’à remplacer les enregistrements audio de mes commentaires par des enregistrements vidéo.

Avantages de cette méthode

  • exhaustivité du commentaire possible (durée de l’enregistrement à l’appréciation du professeur) ;
  • confidentialité et individualisation poussée ;
  • l’élève qui consulte sa correction vidéo est impliqué et « captif » ; il est contraint de suivre le propos du correcteur ;
  • l’élève en difficulté peut faire des pauses dans la vidéo (s’il a besoin de temps pour se concentrer) ou regarder plusieurs fois certains passages, voire la correction entière dans le cas d’une révision ;
  • le professeur, pendant le visionnage, peut être disponible pour aider ceux qui ont besoin d’éclaircissements, sans que les autres soient inoccupés.

Avertissements

  • ce type de correction prend peut-être beaucoup de temps (annoter, évaluer par compétences, s’enregistrer, mettre en ligne) ; certes, mais est-ce réellement plus chronophage que d’annoter copieusement et d’écrire une appréciation longuement pesée et réfléchie ? On peut également choisir de se concentrer sur un seul point à chaque correction, afin de limiter considérablement le temps d’enregistrement.
  • une phase de réécoute du professeur est sans doute souhaitable avant la diffusion, afin de repérer d’éventuelles expressions ou intonations qui pourraient être blessantes pour l’élève, la spontanéité de l’oral n’ayant plus le filtre de l’appréciation écrite mûrement pesée.
  • il y a un peu de « bidouille » technique, mais largement surmontable par des collègues dont le niveau de maîtrise du numérique ne cesse de monter. Voici un tutoriel détaillant la méthode.

Comment fait-on ?

Le mode d’emploi pas à pas, avec les éléments techniques détaillés, est disponible dans la vidéo ci-jointe, sur le site Malin, Alain ! ; schématiquement, cela se résume ainsi :

  • préparer les documents de correction (barème ; corrigés ; fiches et exercices complémentaires) ;
  • créer un « devoir » dans l’ENT et y associer les fichiers préparés précédemment ;
  • corriger une copie, remplir son barème d’évaluation et faire l’enregistrement vidéo du commentaire de la correction ;
  • déposer l’enregistrement vidéo à la place de l’élève concerné ;
  • si besoin, on peut ajouter un lien vers un point de cours particulier pour l’élève, ou pour toute la classe ;
  • répéter l’opération pour chaque copie ;
  • prévoir un temps en classe d’une demi-heure pour encadrer le visionnage.

Améliorations ou adaptations possibles

  • créer un QR-code à imprimer sur le barème et renvoyant directement au devoir pour gagner du temps (gain limité dans le cadre de l’ENT) ; l’élève peut scanner ce code avec son terminal mobile (intelliphone ou tablette) ;
  • si on ne dispose pas de l’ENT cité, on peut héberger les vidéos sur un drive ou un cloud, et créer un QR-code individuel que l’on imprime pour chaque élève.

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)